Maecolux

Le rêve Africain

Jean-Pierre Eudier a consacré sa vie à fournir des soins dentaires de haute qualité et peu coûteux à grande échelle en Afrique. Après presque 40 ans de travail acharné, après avoir visité 38 pays africains et mis en place un réseau continental dans plus de 40 États, les soins bucco-dentaires deviennent peu à peu une réalité. Sa passion a été le développement de procédures dentaires peu invasives et, en tant que dentiste, il a participé à la création de nombreuses écoles dentaires et cliniques dentaires africaines sur tout le continent. Pendant le congrès de la FDI à Poznań, il a partagé avec Dental Tribune Online son histoire personnelle.



Dr Jean-Pierre Eudier : Mon cœur bat toujours pour l'Afrique et de nombreux rêves ont été réalisés, mais pour maintenir ces améliorations, il faut regarder l'Afrique avec des yeux ouverts. L'Afrique est le continent des mauvaises perceptions économiques et beaucoup reste à faire en matière de soins dentaires. Je pourrais parler pendant des jours de la situation sur le continent, des idées fausses auxquelles chacun des 54 pays africains doit faire face, des souffrances que la population locale doit endurer. La migration désordonnée des zones rurales vers les villes insalubres et peu hygiéniques aggrave la crise sanitaire déjà alarmante. La prévalence de l'obésité, du diabète et des maladies cardiovasculaires ne cesse de croître et la profession dentaire ne parvient pas à atteindre la position qu'elle mérite en tant que spécialité médicale. Il existe très peu de structures dentaires dans les grandes villes. Certains sont privés, d'autres sont gérés par des organisations non gouvernementales et caritatives. L'objectif de cet article est de sensibiliser aux défis et aux solutions pour sauver le sourire africain.



Beaucoup de dentistes travaillant dans les établissements de santé publique luttent pour survivre et les quelques dentistes motivés exercent avec des moyens limités. Beaucoup de ces établissements sont situés dans des banlieues où l'eau et l'électricité ne sont disponibles que quelques heures par semaine. Les maladies bucco-dentaires constituent un problème de santé publique majeur en Afrique. Le traitement des maladies bucco-dentaires est extrêmement coûteux dans les pays industrialisés et n'est ni abordable ni accessible dans la plupart des pays africains à revenu faible ou intermédiaire. En outre, la gestion des maladies bucco-dentaires ne fait pas partie des budgets de santé.


En l'absence d'un soutien étatique formel, l'économie du monde dentaire africain doit trouver sa place dans un système économique situé quelque part entre une économie de comptoir colonial et une assistance humanitaire croissante et inefficace. L'organisation d'un système de santé efficace est un défi permanent qui requiert beaucoup de flexibilité, d'imagination et de pragmatisme à toutes les étapes.
étapes, avec une longue chaîne de professionnels aux fonctions diverses. Or, il est essentiel d'offrir des soins aux populations les plus isolées. Les modèles économiques qui ont fait leurs preuves en Europe de l'Est et en Asie ces dernières décennies, basés sur des business plans structurés afin de réaliser des économies d'échelle, ne sont plus adaptés à la nouvelle économie virtuelle du XXIe siècle.


La dématérialisation a toutefois des limites et, dans le cas des soins dentaires, seule la formation de base et la formation continue peuvent apporter un bénéfice immédiat. Or, une grande partie de l'activité dentaire dépend de la fourniture et de l'utilisation de matériaux et de produits non disponibles localement. Leur importation reste donc inévitable. Mais comment contrôler ces coûts ?

Compte tenu d'une démographie professionnelle très dispersée, la maîtrise des coûts - impossible à réaliser par des économies d'échelle - devra s'opérer différemment : en identifiant les éléments coûteux le long de la chaîne d'approvisionnement et en y remédiant.


Les bons modèles d'entreprise

Il faut donc faire appel à des dirigeants dotés d'une vision claire pour gérer la complexité. Ils agiront efficacement en contribuant à réformer les réglementations rigides et à abroger les lois obsolètes qui encouragent la corruption et les circuits informels. Ils rédigeront des lignes directrices applicables aux défis générés par une plate-forme technique aussi gonflée qu'inutile. Ils demanderont des équipements simples et standardisés, hiérarchiseront les soins et adapteront les structures en conséquence en mutualisant les achats. Il s'agirait de mettre en œuvre une politique d'importation d'équipements dentaires abordables, robustes et fiables. Les fournisseurs devraient classer les structures dentaires en fonction du niveau des traitements dispensés et fournir des équipements en conséquence. Il s'agirait de superviser les dons de matériels et d'équipements, d'évaluer les services énergétiques et sanitaires, actuellement déficients ou inexistants, et de mettre en place des services de maintenance efficaces. La logistique pourrait alors être adaptée en fonction de la destination et de la valeur ajoutée des produits à livrer. Les patients et les praticiens y trouveraient leur compte. En Afrique, les problèmes ne s'additionnent pas, ils se multiplient.

À ce jour, les limites des modèles économiques essentiellement basés sur les modèles occidentaux sont devenues évidentes et des échecs désastreux en ont souvent résulté. Face à ce constat, les lignes directrices pour mettre en place un système de santé efficace sont traitées de manière exhaustive dans un rapport intitulé Delivering High Quality, Low Cost Care at Scale préparé par KPMG en Afrique australe sur la base des contributions d'une réunion tenue à Johannesburg en Afrique du Sud en 2013 (1).

La lecture de ce rapport confirme les choix qui sont les nôtres depuis 20 ans. Le succès résulterait de la mise en œuvre intuitive de ces lignes directrices et de l'intégration des multiples paramètres décrits dans ce document très pertinent, qui devrait devenir la base de l'élaboration des stratégies futures.


Dans de nombreux pays africains, la création d'un système et d'un réseau de soins de santé de haute qualité et à faible coût est déjà assez bien comprise et le nombre de nos partenaires africains qui nous font confiance dans cette approche structurée augmente chaque jour.


De solides plates-formes de formation virtuelles comme clé du succès

La formation et l'éducation permanente (EP) restent des questions importantes. La manière dont les programmes de formation continue ont été gérés récemment est coûteuse, lourde, longue et toujours difficile à mettre en œuvre et n'offre que très peu d'améliorations. Il est impératif de créer de nouveaux moyens de partager les informations et les connaissances. Tout d'abord, il serait peut-être plus sage et plus efficace de former des thérapeutes dentaires spécialisés dans les soins dentaires primaires plutôt que de former davantage de dentistes. Ces thérapeutes dentaires pourraient acquérir davantage de compétences grâce aux programmes de formation continue. La formation à la gestion des cliniques dentaires et à l'entretien des équipements devrait être incluse dans les programmes de formation continue.

Nous devons renforcer notre engagement envers la formation continue en intégrant les nouvelles technologies virtuelles. Cela ne peut se faire qu'avec l'aide de l'industrie dentaire et des universités. Nous aimerions partager d'autres ateliers et vidéos enregistrés sur notre page Facebook Save the African Smile. Si le partage des biens appauvrit, le partage des connaissances enrichit.


Reference
(1) KPMG, Delivering High Quality, Low Cost Care at Scale (Johannesburg: KPMG, 2013), http://www.kpmg.com/ZA/en/IssuesAndInsights/ArticlesPublications/General-Industries-Publications/Documents/Low-cost-and-high-quality-healthcare-final.pdf, accessed 17 August 2016.

Coécrit par Jean-Pierre Eudier et Marc Chalupsky